31 enero 2016

ANTOLOGÍA DE PICADORES: Chupito


28 enero 2016

PALOMO LINARES EN LA DIPUTACIÓN DE MÁLAGA



En una charla-coloquio que tendrá lugar el próximo viernes día 29 del presente mes de enero en la Sala Oyarzábal, sita en la antigua Diputación Provincial de Málaga de la Plaza de la Marina, en la que participará el matador de toros Sebastián Palomo Linares. La hora de comienzo será las 20 horas y el
coloquio será moderado por la periodista Irene Martín.

                         

27 enero 2016

LOS DE PLATA: Pichardo

Publicado en Fiesta Española 3 de septiembre de 1963. Gentileza de Juan Galacho

25 enero 2016

RINCÓN ANTITAURINO

Revista El Burladero 16/06/1965 Gentileza de Juan Galacho

22 enero 2016

EL LITRI VUELVE

Viñeta publicada en Fiesta Española el 5 de junio de 1962. ¡Claro los toros chicos no dan caídas! Recuerdese que por estos años se empezó a luchar (la prensa como siempre a la cabeza) porque lo que se lidiara tuviera la edad reglamentaria. Toros con cuatro años y cinco hierbas.

20 enero 2016

LOS DE PLATA: Manuel Cano

Publicado en la revista El Burladero de 2 de diciembre de 1964. Gentileza de Juan Galacho

19 enero 2016

LA HIPOCRESÍA DEL TOREO EN ONDA CERO MARBELLA




http://www.ondacero.es/emisoras/andalucia/marbella/plaza-de-toros-en-onda-cero-marbella-programa-n%C2%BA-1468_20160119569e59f06584a850725c98cb.html

Les Analectes de Campos y Ruedos #47

Les Analectes de Campos y Ruedos  #47

18 janvier 2016

---

Merci daesh

Aficionados, la survie de la corrida est assurée et au-delà !
Au-delà car d’ici quelques années, les Français vont en redemander. Oui et re-oui !
– Y’a du raaaaab ! Qui n’en veut ?
Ruée vers les arènes, Campos y Ruedos 02, 03 épuisés, gradins combles, dos nus en veux-tu en voilà, autosatisfaction au pinacle. InchJuli.
Et toi lecteur, tu te demandes qui a bien pu réaliser ce miracle ? Oui, tu t’interroges et tu te dis que les gars de Campos y Ruedos ont fondu les plombs et qu’ils ont oublié de mettre tous les fagots à l’abri.
Et tu as tort de croire ça, Ô lecteur — pourtant tu es un lecteur intelligent et très cultivé, en tout cas du niveau des contributeurs de ce site, Ô lecteur (donc là, normalement, certains ont déjà foutu le camp et c’est mieux ainsi) — car la vérité est là, dans les lignes écrites par un homme qui a coupé ses cheveux et qui s’est laissé pousser une jolie barbe blanche de vieux sage à la parole malheureusement incontinente.
La corrida sera plébiscitée par la société française dans les années à venir grâce à … daesh. Yes sirof course, allah, Bar-le-Duc et tutti quanti !
En semant la terreur en France (attentats du janvier et de novembre), daesh a fait comprendre à cette société française de tarlouzes bien pensantes qu’elle était maintenant prête à tuer, à faire couler le sang. Du coup, la corrida peut devenir son nouveau dada puisque on tue durant une corrida. La société va enfin comprendre — puisqu’elle accepte enfin de  » repenser ses priorités  » et de tuer l’ennemi — tout le bien-fondé de la corrida qui, ne l’oublions pas, a été inventée un matin frais de printemps il y a 19 000 ans lorsqu’un zigoto un rien hirsute, depuis longtemps érecté, décida, parce qu’il avait les crocs le mignon, de sortir de sa grotte toute crottée et d’aller faire chier le premier bovin frisoté qui passait par là.  » Ça a débuté comme ça  » comme dirait l’autre, sans cape et sans épée. C’est ce que le vieux barbu à l’incontinence verbale appelle « des analyses parfois à contre courant, quoique fondées  » ou encore plus fort  » une observation objective « .
Un extrait pour la route :
 » Au travers de ce prisme, une observation objective permet de comprendre que, pour la première fois de son histoire, ce n’est pas à la corrida d’évoluer vers la société pour survivre. C’est au contraire la société, parce que sa survie est menacée, qui a entrepris, sans le comprendre encore, de se ressourcer dans les valeurs dont la première est porteuse : la compassion universelle qui lui a tenu lieu de canne blanche pour compenser la cécité dont elle a trop longtemps fait preuve, est en train de céder la place au désir d’exprimer sa force et sa puissance face aux agressions.
Dans une société qui se croyait généreuse alors qu’elle n’était que faible, la corrida était insupportable aux yeux d’une majorité qui refoulait ses racines guerrières. Mais dans une société qui revendique son droit de tuer son semblable pour exister, la corrida retrouve sa valeur exemplaire, même s’il ne s’agit pour elle que de se mesurer à un taureau. Faire prendre conscience de cette réalité à un pays entier demandera du temps, mais les moyens dont nous nous sommes dotés avec le Musée Itinérant des Tauromachies Universelles sont de nature à nous rendre confiants. « 

La semaine de Campos y Ruedos

Des toros sans la tête (III)

Des toros sans la tête (III)

Tout est faisable dans une voiture. La longue route endort les plus détendus, le visage engoncé dans les pliures jamais parfaites d'un manteau, d'un pull ou d'un t-shirt sorti, pour l'occasion, du pochon des affaires sales. Le roulis rauque et récurrent de l'autovía berce les idées et éloigne le bavardage des autres, bavardage qui devient agréable litanie puis, enfin, rumeur …
---
San Antonio, pardonnez-leur

San Antonio, pardonnez-leur

Le 17 janvier en Espagne, nous fêterons (ou pas) San Antonio Abad (Saint Antoine Abbé), le patron des animaux. Si cette date marque le coup d’envoi des premières manifestations taurines de l’année elle est surtout l’occasion de bénédictions d’animaux. Chats, chiens, poissons rouges, cochons d’Inde, chevaux de trait, bœufs, tortues et canaries portés à bout de bras par leurs maîtres …

Fourquet

Jean-Louis Fourquet, Céret 1994 © François Bruschet / Camposyruedos

18 enero 2016

EL MAGRAMA PONE EN VALOR LA CARNE DE LA RAZA DE LIDIA Y CONCEDE EL USO DEL LOGOTIPO DE “RAZA AUTÓCTONA DE LIDIA”


Madrid, 18 de enero de 2016


La Federación de Asociaciones de Raza Autóctona de Lidia, FEDELIDIA, consiguió la autorización del Ministerio de Agricultura, Alimentación y Medio Ambiente (MAGRAMA) del uso del logotipo “Raza Autóctona de Lidia” el pasado mes de diciembre. Este hecho supone un paso fundamental en la defensa de los valores de la raza de lidia entre los que se encuentra la calidad de su carne. 

Fedelidia, entidad que aglutina a las cinco asociaciones de toros de lidia - Asociación de Ganaderías de Lidia, Agrupación Española de Reses Bravas, Asociación de Ganaderos de Reses de Lidia, Ganaderos de Lidia Unidos y la Unión de Criadores de Toros de Lidia, se ha reunido en Asamblea General para definir las líneas fundamentales del proyecto que tiene como objetivo resaltar y acercar la consumidor las virtudes de la carne de lidia. 

Mediante la autorización del uso del logotipo, el MAGRAMA pone de manifiesto que esta raza, además de tener como destino la lidia, presenta muy buenas aptitudes para la producción cárnica, en la misma línea que otras razas autóctonas. Asimismo, recoge que esta raza forma parte de la biodiversidad ganadera.

La denominación Raza Autóctona 100% Lidia servirá exclusivamente para la carne de la Raza bovina autóctona de Lidia, perteneciente a animales que se encuentren inscritos en Libro Genealógico de dicha raza, tanto lidiados como no lidiados. 

En ese sentido, la zona de producción de la Raza bovina autóctona de Lidia, cuya carne es apta para ser protegida por el logotipo, está constituida por las explotaciones en donde se cría dicha raza en pureza, sea cual fuere su ubicación debiendo ser sometida a controles que garanticen al consumidor este hecho. 

Finalmente, Fedelidia representa a las 1.003 explotaciones de toda España y 211.885 animales inscritos en el Libro Genealógico de la Raza Bovina de Lidia. 

10 RAZONES DEL MINISTERIO DE AGRICULTURA, ALIMENTACIÓN Y MEDIO AMBIENTE PARA EL USO DEL SELLO 100% RAZA AUTÓCTONA

1. 100% RECURSO NATURAL: Difunde y da a conocer las razas que son patrimonio genético de España. Apoya la promoción, la conservación y la mejora de nuestra biodiversidad ganadera. 
2. 100% GARANTÍA DE ORIGEN: Informa a los consumidores, a la sociedad y a toda la cadena alimentaria sobre la procedencia de los productos. La trazabilidad está garantizada a través de un pliego de condiciones que presenta cada asociación y que es aprobado por la Administración, con mecanismos de control de los operadores. 
3. 100% SOSTENIBILIDAD: Apoya a nuestras razas autóctonas, criadas tradicionalmente en régimen extensivo y adaptadas a un entorno de gran rusticidad. Favorece la sostenibilidad del medio rural y beneficia a la población y a los profesionales que trabajan en el campo. 
4. 100% VALOR AÑADIDO: Reconocimiento para los ganaderos, las asociaciones y empresas promovido por el Ministerio de Agricultura, Alimentación y Medio Ambiente en colaboración con las Comunidades Autónomas y el sector. Aporta un valor añadido a nuestro sistema de producción y a nuestros productos. 
5. 100% DIFERENCIACIÓN: Identificación de los productos que provienen de razas ganaderas de nuestra tierra y diferenciarlos de los demás. Con esto, captamos el interés de los consumidores y aumentamos la competitividad de nuestros productos. 
6. 100% TRADICIÓN Y CULTURA: Las razas autóctonas han sido mantenidas de generación en generación y forman parte de nuestro acervo cultural y de las tradiciones de nuestros pueblos. Son parte de nuestra historia y tenemos la obligación moral y la responsabilidad de apoyarlas. 
7. 100% CALIDAD: Las razas autóctonas proporcionan un gran servicio, diversos usos y una gran variedad de productos alimentarios de alta calidad. El sello 100% Raza Autóctona convive con otros distintivos de calidad alimentaria, añadiendo valor y sabor. 
8. 100% BENEFICIO Y RENTABILIDAD: La conservación de las razas es compatible con la rentabilidad de las explotaciones agrarias y los beneficios repercuten en los ganaderos y en el medio ambiente. El distintivo ayuda a la comercialización de los productos y es rentable para ganaderos y empresas. 
9. 100% VARIEDAD Y DIVERSIDAD: Existen 9 marcas diferentes del sello 100% Raza Autóctona que identifican a las distintas especies de numerosas razas, muestra el alto grado de diversidad genética que representa España y nuestro Catálogo Oficial de Razas. Cada uno de estos distintivos, además de mostrar la especie, está 1005 individualizado con la raza específica. 
10. 100% RECONOCIMIENTO Y ORGULLO: El distintivo común apoya y destaca el trabajo realizado por las asociaciones y el respeto a los ganaderos con nuestras razas autóctonas. Además, permite unir esfuerzos de empresas y asociaciones. Vamos a lograr un mayor conocimiento por parte de la población y a afrontar el mercado con más fuerza. Nuestras razas autóctonas, su excelente calidad y la conservación de la crianza tradicional son nuestro gran orgullo. 

11 enero 2016

DIEGO VENTURA. UN REJONEADOR CON AMOR PROPIO.

Ciertamente la carrera de Diego Ventura, ese hijo de rejoneador, mirado en sus inicios con la lupa del hijo de uno que fue, Joao Ventura, ha sido una carrera creciente. De mano fuerte aplicada a los bocados de sus monturas, de exigentes piernas, en sus ambiciosas exigencias, es un rejoneador que "gasta" mucho caballo, pues no todos le sirven para conseguir los objetivos que se marca.
Criticado por ser osco, rudo, bastante irascible en sus comienzos, se le intuía una gran dosis de impaciencia y esa desesperanza la transmitía a sus caballos que sufrían con él la incontinencia del tiempo que pasaba sin evolucionar.
Curtido en todas las plazas. De todas las categorías. Doy fé. Fue creciendo a la sombra de su obsesión y con la necesaria compañía de su progenitor, que amen de recetar consejos, sobre el caballo, su arte y oficio, y las gentes que alrededor de este mundo hay, también es el mejor ojeador de caballos que pudieran servir para este arte de Cañero. 
Su cuadra pasa por ser la mejor del rejoneo en este momento, y su obsesión, Pablo Hermoso de Mendoza, ha desaparecido, pues si Pablo aceptara su competencia, los ruedos españoles se sembrarían de emociones puras.
De sus arrebatos de juventud ha llegado a tener una templanza propia de la madurez , aunque a veces se le crucen los cables recordando inicios que debieran estar olvidados











08 enero 2016

Bonne année mon cul

Les Analectes de Campos y Ruedos  #45

08 janvier 2015

---

Bonne année mon cul

Comme chaque année depuis 2006, l'équipe de Campos y Ruedos souhaite la nouvelle année grâce à ce texte génial de Pierre Desproges. Nous n'avons trouvé aucune raison pour changer cette année encore et puis nous partageons entièrement ces lignes au sujet du titre de son texte, " c'est net, c'est sobre, et ça vole suffisamment bas pour que les grossiers trouvent ça vulgaire".

« Il était temps que janvier fît place à février. Janvier est de très loin le plus saumâtre, le plus grumeleux, le moins pétillant de l’année. Les plus sous-doués d’entre vous auront remarqué que janvier débute le premier. Je veux dire que ce n’est pas moi qui ai commencé. Et qu’est-ce que le premier janvier, sinon le jour honni entre tous où des brassées d’imbéciles joviaux se jettent sur leur téléphone pour vous rappeler l’inexorable progression de votre compte à rebours avant le départ vers le Père-Lachaise…
« Dieu merci, cet hiver, afin de m’épargner au maximum les assauts grotesques de ces enthousiasmes hypocrites, j’ai modifié légèrement le message de mon répondeur téléphonique. Au lieu de “Bonjour à tous”, j’ai mis “Bonne année mon cul”. C’est net, c’est sobre, et ça vole suffisamment bas pour que les grossiers trouvent ça vulgaire. Plus encore que les quarante-cinq précédents mois de janvier que j’ai eu le malheur de traverser par la faute de ma mère, celui-ci est à marquer d’une pierre noire. Je n’en retiens pour ma part que les glauques et mornes soubresauts de l’actualité dont il fut parsemé. C’est un avocat très mûr qui tombe, sa veuve qui descend de son petit cheval pour monter sur ses grands chevaux.
« La gauche est dans un cul-de-sac. Madame Villemin est dans l’impasse, tandis que, de bitume en bitume, les graphologues de l’affaire qui ne dessoûlent plus continuent à jouer à Pince-mi et Grégory sont dans un bateau. Côté bouillon de culture, Francis Huster attrape le Cid avec Jean Marais. Au Progrès de Lyon, le spécialiste des chiens écrasés et le responsable des chats noyés, apprenant qu’Hersant rachète le journal, se dominent pour ne pas faire grève.
« Le 15, premier coup dur, Balavoine est mort. Le 16, deuxième coup dur, Chantal Goya est toujours vivante. L’Espagne — fallait-il qu’elle fût myope — reconnaît Israël. Le 19, on croit apercevoir mère Teresa chez Régine : c’était Bardot sous sa mantille en peau de phoque… Le 23, il fait 9 °C à Massy-Palaiseau. On n’avait pas vu ça, un 23 janvier, depuis 1936. Et je pose la question : qu’est-ce que ça peut foutre ? Le 26, sur TF1, le roi des Enfoirés dégouline de charité chrétienne dans une entreprise de restauration cardiaque pour nouveaux pauvres : heureusement, j’ai mon Alka-Seltzer.
« Le 27, l’un des trois légionnaires assassins du Paris – Vintimille essaie timidement de se suicider dans sa cellule. Ses jours ne sont pas en danger. Je n’en dirais pas autant de ses nuits. Le 29, feu d’artifice tragique à Cap-Kennedy. Bilan : 380 tonnes d’hydrogène et d’oxygène liquides bêtement gachées. Et le soir du 31, comme tous les soirs, Joëlle Kauffmann embrasse ses deux garçons. Et elle entre dans sa chambre. Elle est toute seule. Elle ne dort pas très bien.
« Enfin voici février. Sec comme un coup de trique et glacé comme un marron. Avec son Mardi gras qui nous court sur la crêpe. C’est le mois de saint Blaise, qui rit dans son ascèse, et de sainte Véronique, qui pleure dans les tuniques. C’est aussi le temps du carême, où les maigres chrétiens d’Éthiopie peuvent enfin jeûner la tête haute pour la seule gloire de Dieu. Les statistiques sont irréfutables : c’est en février que les hommes s’entre-tuent le moins dans le monde ; moins de tueries guerrières, moins de rixes crapuleuses, moins d’agressions nocturnes dans les rues sombres du XVIIIe, où l’insécurité est telle habituellement que les Arabes n’osent même plus sortir le soir. Jusqu’au nombre des cambriolages qui diminue de 6 % en février.
« Et tout ça, pourquoi ? Après les enquêtes scientifiques les plus poussées, les sociologues sont parvenus à cette incroyable conclusion : si les hommes font moins de conneries en février, c’est parce qu’ils n’ont que 28 jours. Quant au mois de mars, je le dis sans aucune arrière-pensée politique, ça m’étonnerait qu’il passe l’hiver. » — Pierre Desproges, février 1986.

La semaine de Campos y Ruedos

Pradet haciendo el paseíllo en Madrid

Pradet haciendo el paseíllo en Madrid

A défaut de le rémunérer, Taurodelta reconnait le talent de notre ami Jérôme Pradet. L'empresa a usé et abusé des illustrations du fier Dacquois la saison dernière pour ses programmes, y compris pour une corrida de Adolfo Martín en juin dernier. Olé Jérôme (quand même) !
---
Feliz Xmas !

Feliz Xmas !

Avec plus de 60 ans et quelques jours de retard, Marilyn Monroe vous souhaite un "Feliz Xmas" et rappelle à tous pour l'année à venir l'importance de la caste, du sublime et du second degré dans nos médiocres existences. En octobre dernier, une série de photos inédites de Marilyn par Earl Moran était rendue publique par un collectionneur. Quelques-unes dans …

Des toros sans la tête

Des toros sans la tête ou une nouvelle série de textes dont les prétextes sont le campo (mais pas que) et des photographies ratées ou moins connues ou décalées (mais pas que). Le rythme de parution sera évidemment et comme toujours aléatoire, faudrait pas exagérer non plus, il y a la vie d'abord.
Des toros sans la tête

Des toros sans la tête

En guise de préliminaire pour une série qui peut-être verra le jour... ou pas. Il faut le savoir : il pleut souvent sur le Campo Charro. L’hiver peut y être très rude et très blanc et peser lourd sur les milliers de chênes verts qui en ont vu d’autres. Mais c’était le printemps et flottait une bruine grisâtre, comme un rideau voilé, ce …
---
Des toros sans la tête (II)

Des toros sans la tête (II)

Personne ne branche la radio. Les silences sont de vrais silences ; rares, mais vrais, ce qui n'est pas une mince affaire de nos jours. La musique ne serait pourtant pas incongrue. Le défilement épouse bien ses courbes et ses cassures. Chaque heure de la route aurait son propre style. À la nuit pleine et rythmée par les lignes blanches qui …

Fourquet

Jean-Louis Fourquet, Céret 1994 © François Bruschet / Camposyruedos

Fourquet

«… Parce que les seules gens qui existent pour moi sont les déments, ceux qui ont la démence de vivre, la démence de discourir, la démence d’être sauvés, qui veulent jouir de tout en un seul instant, ceux qui ne savent pas bâiller ni sortir un lieu commun mais qui brûlent, brûlent, pareils aux fabuleux feux jaunes des chandelles romaines …

www.camposyruedos.com
contact@camposyruedos.com
camposruedos@gmail.com